On a testé le masque connecté Airpop Active+ : vraiment utile pour la santé ou gadget dans l’air du temps ?

Introduction

À l’heure où chacun d’entre nous doit porter un masque, ce nouvel accessoire doit-il lui aussi répondre aux sirènes du tout connecté ? Nous avons passé plusieurs jours en compagnie du AirPop Active+, un masque « intelligent » qui veut protéger votre santé respiratoire.

L’Active+ est un masque qui prend soin de votre santé

L’Active+ est un masque qui prend soin de votre santé // Source : AirPop

Dans notre drôle d’époque, l’adaptation aux nouvelles conditions sanitaires, de vie, de travail ou autre, a dû être rapide pour chacun d’entre nous. Pour la mode et la technologie aussi. Et le principal signe extérieur en est sans doute le masque que chacun doit porter au quotidien une fois loin de chez soi.

Élément de protection, le masque est devenu un accessoire indispensable malgré nous et cela attire forcément les marques. La tech n’échappe pas au besoin de s’accaparer un élément dans l’air du temps et il n’a pas fallu longtemps pour que le masque devienne connecté. Plus que du côté wearable, c’est plutôt vers l’aspect santé qu’il a penché pour trouver sa fibre technologique.

Être dans l’air (respirable) du temps

Parmi les différents acteurs du marché, AirPop, marque spécialisée dans le masque antipollution depuis 2015, ne pouvait que logiquement ajouter le « petit plus » connecté qui va bien en temps de Covid-19. Dévoilé lors du CES 2021, le AirPop Active+ se veut le premier « masque Air Wearable intelligent au monde ».

En plus de son côté d’utilité publique désormais, ce masque ajoute un capteur pour analyser votre santé respiratoire et l’améliorer en vous apportant de multiples données sur la qualité de l’air environnant. Une véritable utilité ou un effet de manche dans l’air du temps ? Nous avons passé plusieurs jours avec le masque sur le visage pour savoir.

Un masque intelligent qui est avant tout un masque

À première vue, c’est un masque comme on en croise parfois dans la rue. Il est néanmoins un peu plus épais en nylon respirant et arbore un look sportif. Il bénéficie d’une double couche striée et aérée pour permettre d’évacuer l’humidité et mieux respirer, une aubaine pour les porteurs de lunettes qui se retrouvent ainsi sans buée sur les verres.

Au format un peu coque, le masque Active+ dispose d’élastiques ajustables au niveau des oreilles pour plus de confort et s’adapter au visage de chacun grâce à son design en 3D. C’est assez appréciable et cela permet aussi de ne pas avoir de masque qui colle au visage. Celui-ci n’en est pas pour autant moins bien couvert et l’on apprécie le tissu qui remonte pour couvrir le nez sans gêner.

Les masques intelligents AirPop Active+

Les masques intelligents AirPop Active+ // Source : AirPop

À l’intérieur, il faut ajouter un filtre sur le masque AirPop pour améliorer la qualité de l’air que vous respirez. Il s’agit d’un filtre non tissé électrostatique à double couche fondue, chargé électrostatiquement pour une protection contre les polluants ultra-fins, auquel s’ajoute une couche de préfiltre entre deux couches de protection supérieures.

Deux petites encoches en silicone, une sur la gauche et la droite du masque, permettent de bien le fixer pour qu’il ne bouge pas. Un contour en caoutchouc offre une meilleure adhérence sur votre visage sans coller pour autant le filtre à votre bouche.

Un filtre à intégrer dans le masque connecté Active+

Un filtre à intégrer dans le masque connecté Active+ // Source : AirPop

Le filtre a une durée de vie sanitaire annoncée de 40 heures et promet de bloquer 99 % de toutes les particules PM 0,3 (poussières, allergènes, particules fines et microbiennes inclus). L’ensemble est assez confortable à porter, même plusieurs heures, même si le masque fait au final plus massif qu’un masque classique en tissu ou papier.

Bonne nouvelle, vous n’êtes pas gêné pour respirer et ça tombe bien, c’est la mission principale que s’est donnée AirPop. Malgré le filtre, les mailles croisées du masque laissent circuler l’air et l’on peut inspirer ou expirer à notre guise, protégé par les quatre épaisseurs du filtre intérieur. L’entreprise promet une étanchéité à 360° (de chaque côté, en somme) grâce à une membrane « au toucher de qualité médicale ». Le masque peut être lavé (en n’oubliant pas de retirer le capteur !). Une pochette est fournie pour le transporter.

Le masque Active+ est en fait un modèle déjà sorti par AirPop à destination notamment des sportifs (environ 70 euros). Il est ici renforcé par son capteur.

Un capteur pour « le droit à un air pur »

Et l’aspect connecté intelligent dans tout ça ? Il tient dans la présence sur le masque d’un capteur baptisé Halo. Celui-ci est alimenté par une pile.

Le capteur du masque intelligent AirPop Active+

Le capteur du masque intelligent AirPop Active+ // Source : AirPop

Sa mission : vous aider à profiter d’un air pur, filtré, tout en étant bien informé sur la qualité de votre environnement par l’intermédiaire de l’application. Le capteur va ainsi détecter le nombre de respirations que vous avez réalisées, le volume d’air inspiré, le rythme, le cycle. Tout cela permettra de dresser votre profil respiratoire et vous dire à combien de cigarettes — ou plutôt leur équivalent en pollution — vous avez échappé.

L’autonomie annoncée du capteur Halo est de 6 mois. Mais au bout d’une dizaine d’heures d’utilisation (pas toujours correctement comptabilisées), nous sommes rapidement tombés sous les 40 % de batterie restante.

Une application simple et informative

Pour « connecter » votre masque, il faut le jumeler à l’application AirPop qui est uniquement disponible sur iOS pour le moment. La version Android arrive dans les prochains jours au moment où nous écrivons ce test.

Le masque intelligent AirPop Active+ et son app

Le masque intelligent AirPop Active+ et son app // Source : AirPop

Votre masque va alors être détecté par l’intermédiaire du capteur Halo dont vous pouvez personnaliser la couleur depuis l’application. Vous scannez ensuite le QR Code qui se trouve sur chaque emballage de filtre. Cela permettra de déclencher le décompte des 40 heures autorisées pour le porter et d’être averti quand approche le moment de le changer.

Il est possible d’indiquer si vous portez le masque durant une activité physique particulière (marche, course, vélo) pour ajuster le calcul de vos valeurs.

L’app va vous distiller différentes informations sur les polluants capturés ainsi que des recommandations pour vous indiquer les zones dangereuses pour votre santé. Tout cela est fait avec les informations locales qui vous seront remontées. En revanche, l’indice de la qualité de l’air qui est pris en compte est celui des autorités environnementales chinoise et américaine.

Petit souci : l’application n’est pas encore totalement optimale. Elle reste majoritairement en anglais avec quelques traductions en français par-ci, par-là. L’ensemble reste à peaufiner pour avoir une véritable localisation de l’app.

Apte au service

L’ensemble des masques AirPop sont certifiés par l’Afnor et différents instituts européens. L’Active+ étant une déclinaison « connectée » d’un modèle préexistant, il bénéficie donc également de la certification (Spec S76-001, 28 avril 2020) contre le coronavirus.

Vous pouvez porter votre masque AirPop Active+ partout, notamment dans les transports, au bureau ou en faisant du sport. Il est assez massif, mais taillé pour l’activité sportive et tient parfaitement. Il vous protégera des polluants tout en protégeant ceux qui vous entourent.

Conclusion : si votre santé respiratoire vous inquiète vraiment, pourquoi pas…

Est-ce vraiment utile un masque connecté en ces temps difficiles ? Après plusieurs semaines sur le nez, ma réponse est : non. Ça ne m’a absolument pas changé la vie. J’ai été ravie de savoir qu’il ne valait mieux pas que je me balade du côté du périphérique Est qui était trop pollué (bienvenue à Paris !). J’ai plus souvent regardé l’app pour savoir si je ne respirais pas un air trop mauvais (avais-je vraiment besoin d’un capteur sur un masque pour le savoir ?).

Le masque AirPop Active+ avec son filtre

Le masque AirPop Active+ avec son filtre

Le véritable intérêt a finalement résidé dans le fait de savoir au bout de combien de temps je devais changer mon filtre ou, curiosité toujours, connaître le nombre de respirations ou la quantité d’air expiré. Mais je ne fais pas partie des personnes particulièrement inquiètes par la qualité de leur santé respiratoire. Certes, je touche du bois, je n’ai pas de souci de ce côté-là et je prends sans doute le problème un peu à la légère. Il faut reconnaître que les personnes concernées trouveront là tous les facteurs et éléments portés à leur connaissance pour s’assurer d’une certaine qualité de vie et en apprécieront sans doute l’utilité.

Reste pour moi le problème du prix : 150 euros, c’est tout de même une somme à débourser, sans compter les filtres qu’il faudra acheter fréquemment. L’addition va vite grimper, même si l’on peut se dire que la somme de 5 euros pour un filtre de 40 heures (la recommandation est de changer de masque en papier toutes les 4 heures, soit un équivalent 10 masques) peut paraître rapidement amortie.

Prix et disponibilités

Le masque AirPop Active+ avec son capteur Halo est disponible en noir (et prochainement en vert) au prix de 149,99 euros sur le site d’AirPop. Il est livré avec quatre filtres. Le lot de quatre filtres supplémentaires est vendu 19,90 euros.

Leave a Comment