Des scientifiques sont parvenus à communiquer avec des gens pendant qu’ils rêvent

Le cerveau est une machine incroyablement complexe. Les rêves sont encore un grand mystère pour l’Homme. Mais l’on fait régulièrement des progrès dans leur compréhension.

Que se passe-t-il lorsque l’on rêve ? Pourquoi notre cerveau se met-il à créer ces scenarii et autres événements dans notre tête ? Comment choisit-il ce que nous voulons voir ou ce que nous avons besoin de voir ? Autant de questions concernant les rêves auxquelles nous n’avons actuellement pas de réponses. Ne pourrait-on pas tout simplement demander, pendant le rêve, à quoi il rêve justement ?

Des chercheurs sont parvenus à communiquer avec des personnes en plein rêve

Selon des chercheurs de la Northwestern University, il se pourrait que ce soit possible. C’est tout du moins ce que cette équipe étudie actuellement. Les scientifiques agissent lorsque la personne est en plein rêve lucide, un rêve dans lequel le rêveur est conscient qu’il rêve et où il peut même contrôler, jusqu’à un certain point, le rêve. Les chercheurs en profitent pour poser des questions au rêveur et celui-ci répond via des mouvements oculaires ou des contractions musculaires.

Les chercheurs ont découvert que les rêveurs pouvaient suivre des instructions, répondre à des questions fermées – qui attendent une réponse par oui ou non -, résoudre des équations mathématiques simples et même différencier certains stimuli tactiles ou auditifs. Selon Karen Konkoly, spécialiste des neurosciences cognitives à la Northwestern University, “ceci démontre qu’il est possible de percevoir correctement des stimuli externes et effectuer les opérations nécessaires pour y répondre et ceci tout en restant endormi.”

Cela pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapies

Cela étant dit, cette étude n’est pas un succès retentissant. En effet, sur les 158 tentatives de communication bidirectionnelle pendant le sommeil paradoxal, seuls 18,4 % ont produit des réponses correctes mais Ken Paller, directeur du Programme de Neurosciences Cognitives à la Northwestern University, affirme que c’est suffisant.

Selon ses propres dires, “nous n’avions besoin de réponses adéquates que de la part de certains patients pour démontrer qu’une telle communication bidirectionnelle est possible, ce qui était notre première conclusion. Nous avons montré que cela pouvait même avoir lieu sur des individus avec très peu d’expérience dans le rêve lucide.” Avec ces découvertes, leur méthode pourrait être utilisée pour étudier davantage les rêves et autres activités cognitives comme la mémoire. On pourrait même imaginer de futures thérapies pour les cauchemars, le développement spirituel ou la résolution de problèmes.

Leave a Comment