Des pansements inspirés de l’origami pour les blessures internes

La médecine a fait d’énormes progrès ces dernières années. Et ce n’est assurément pas terminé. La robotique s’invite dans les salles d’opération, par exemple. Mais il n’y a pas toujours besoin de faire des choses si évoluées.

On pourrait penser que l’innovation, aujourd’hui, passe par des techniques et des matériaux très complexes, très automatisées, toujours ou presques numériques. Pourtant, parfois, les idées les plus simples sont les meilleures. Des chercheurs ont mis au point des pansements médicaux inspirés de l’origami pour venir aider la guérison des blessures internes.

Des pansements inspirés de l’origami pour la chirurgie robotique

Ouvrir quelqu’un pour le sauver est très délicat, c’est à double tranchant. En effet, le stress d’une telle opération peut avoir de graves conséquences sur le corps humain. C’est pour cette raison notamment que la chirurgie robotique est de plus en plus populaire. Celle-ci permet de réaliser des actions les moins invasives possibles grâce, par exemple, à ses outils extrêmement précis, bien plus en tous les cas que ne peuvent l’être les mains et doigts des chirurgiens aguerris.

et faciliter la réparation des blessures internes

Cela étant dit, s’il y a bien une chose que les robots chirurgiens ne peuvent pas encore faire à la perfection, c’est réparer et panser les blessures internes. C’est quelque chose que des chercheurs du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) tentent de corriger. Une équipe vient en effet de mettre au point un pansement médical façon origami – l’art du pliage japonais -, pensé et conçu pour être plié autour des outils de chirurgie robotique existants.

Cela signifie que les chirurgiens et les hôpitaux n’auront pas besoin d’acheter de l’équipement spécialisé supplémentaire, ceux-ci ayant été conçus précisément pour fonctionner avec le matériel en question. Ces pansements ont aussi été imaginés pour mieux fusionner avec le corps humain. En effet, leur design est composé de trois couches : un adhésif à base d’hydrogel, une surface en silicone recouverte d’huile et une couche extérieure en élastomère qui aide à protéger le pansement des bactéries, lesquelles pourraient causer des complications longtemps après l’opération.

Les chercheurs espèrent pouvoir collaborer avec les plates-formes de chirurgie robotique dans un futur proche. Les scientifiques imaginent aussi déjà comment les entreprises pourraient utiliser ce concept pour vendre des pansements prépliés qui s’adapteraient sur les outils existants. Il faudra certainement patienter encore de longues années avant de les voir utilisés dans tous les hôpitaux mais le concept est extrêmement intéressant.

Leave a Comment